mozziconacci
robert-teyssier


↑ Nuancier (de 1 à 5),
Photographie Argentique,
Illford 3200, 2022

↑ Nuancier (de 1 à 5),
Photographie Argentique,
Illford 3200, 2022

↑ Nuancier (de 1 à 5),
Photographie Argentique,
Illford 3200, 2022

↑ Naussac (de 1 à 5),
Photographie Argentique,
Illford 3200, 2021

l'hiver le sperme l'urine gèlent aussitôt un cadavre au pied calciné est étendu dans l'herbe couvert de nuit il est piétiné jusqu'à l'aube son bas-ventre mutilé éclabousse de partout on reste longtemps les pieds dans l'eau à regarder à toucher son corps on est très occupé par lui

* **

chaque soir dans la montagne on ramasse des cadavres dépouillés de vêtements ils sont couverts de fourmis la pluie efface les traces j’avance dans la clairière l’air y est frais dehors il fait presque nuit c’est l’heure ou je ne sais pas deviner les PD ils trainent longtemps ils pissent et se branlent toujours debout dans la lumière blafarde du crépuscule il faut tâter sucer donner son cul dans l’eau du lac ou celle des chiottes mais comme j’ai besoin d’argent un vieil homme au visage buriné par le vent par le soleil renifle mon odeur il me fait signe de la main il a un bon sourire sa bouche luisante de graisse me retourne il me fout un peu de salive au cul son gland taillé en champignon gonflé par le gel fait craquer mes chairs j’ai froid mais je ne claque pas des dents il pose une couverture par terre son pied droit est nu sur la neige mes os craquent quand on s’allonge la rosée la bruine trempent le tissu déjà souillé je rentre la langue et serre les mâchoires le vieil homme sort son briquet je me mets à rêver d’incendies il met le feu aux poils de son sexe l’odeur monte jusqu’au plafond c’est une fièvre froide avec ses bouffées de chaleur il pleure dés qu’on le branle un peu cette idée m’excite la fenêtre s’ouvre le vent gonfle les draps et renverse une lampe de chevet je vois qu’il neige sur le haut des montagnes des pans de rocher se détachent et s’écroulent lentement sur les pentes ma gorge se serre et à la fin quand la fièvre est partie je replie mes bras mes jambes moites et vois ses couilles qui dégoulinent le vieil homme cesse de bouger j’éjacule dans sa bouche et laisse s’épandre sur sa langue mon sperme bien liquide qu’il torche à l’aide d’un mouchoir spécial raide craquant collé jaune verdâtre on s’arrange pour l’argent il me paye et rejoint ses amis en leur tapant dans les mains

*

la nuit dernière plusieurs arbres ont brulés dans la montagne